Revenir à Réalisations

Parrainages

Chachhu

Chachhu  est depuis 1997 dans le centre de Ramnagar. Il vivait dans la rue depuis sans doute longtemps, 02_LesRealisations_04_a-ramnagar-300x200probablement originaire d’un milieu gitan. Des recherches ont été faites pour retrouver sa famille mais sans succès. Il est sourd et muet mais arrive bien à se faire comprendre. Depuis sa sortie du centre: il vit à Sarnath, dans la maison que loue D-Foundation pour son staff et les garçons sortis du centre. Il a énormément changé, il est radieux.

Un prêtre d’une école spécialisée pour sourds et muets lui apprend le langage des signes et à « parler » et un petit groupe s’est constitué avec les jeunes sourds et/ou muets du village. Il va aussi dans une école du village où il étudie bien et noue des relations sociales. Chachhu participe aux activités de D-Foundation (dispensaires, ferme bio…) et cultive seul un grand jardin. En juillet 2013, il rentre en classe de 3ème.  Il a 17 ans.

Pour le moment il est appareillé mais il faudrait s’occuper sérieusement de son handicap car il pourrait entendre.

02_LesRealisations_04_chacchu-1

 

***********************************************************************

Rajkumari Reddy

02_LesRealisations_04_Rajkumari-300x292

23 ans.

Cette jeune femme vient de Bangalore et est de caste Brahmine. Elle a été élevée par une tante car son père ne voulait pas de fille.

Elle a étudié jusqu’en 5ème puis a été employée de maison chez des Indiens aisés. Elle a rencontré son futur mari, chauffeur routier, mais comme il était de plus basse caste, sa famille les a rejetés. Rajkumari a eu des jumeaux qui ont décédé dans des circonstances dont elle ne peut pas parler. Son mari ayant disparu, elle s’est sentie en danger et est partie de Bangalore. Les crimes d’honneur dans les familles indiennes sont malheureusement très fréquents.

Rajkumari s’est retrouvée à Bénarès et la police l’a emmenée au centre fermé des femmes de Jaitpura. Sa place n’étant pas du tout dans ce lieu (femmes malades mentales et/ou enceintes), l’équipe de l’ONG « D-Foundation » a eu l’autorisation de la faire sortir. Elle travaille au centre des femmes âgées que gère « D-Foundation » et suit une formation en informatique. Son salaire est payé par « Jimy Li.brary ».